Abdel Mouttaleb Ménara (1940-2013) #ami

Extrait du livret de ses poésies qu’il m’a offert au début des années quatre-vingt-dix du siècle dernier :

Tout le monde passe

Il y en a ceux qui passent sans se retourner sur leur trace…

Il y en ceux qui regardent s’ils n’ont rien oublié ;

puis il y en a ceux qui remplissent leurs poches avec le

bien et le mauvais*.

Mon ami Ménara était de ces derniers. Il s’en va les poings enfoncés dans ses poches pleines. Adieu Abdel.

* Ménara, A. M., Pour une vérité, page 5, Paris, Les Paragraphes Littéraires de Paris, 1975.

Geef een reactie

Gelieve met een van deze methodes in te loggen om je reactie te plaatsen:

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit / Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit / Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit / Bijwerken )

Google+ photo

Je reageert onder je Google+ account. Log uit / Bijwerken )

Verbinden met %s

%d bloggers liken dit: